ORPHANS

Les dates

Information

Stan — Flandre
Dennis Kelly

En s’emparant de la pièce Orphans du dramaturge britannique Dennis Kelly, STAN bouscule les questions morales. Le collectif nous plonge au cœur d’une soirée où la fête tourne rapidement au vinaigre. Animé par une profonde recherche de la sincérité, STAN prend appui sur l’écriture corrosive de l’écrivain anglais pour mener une exploration de la cruauté sociale d’aujourd’hui, de la violence dissimulée au sein d’une intimité familiale.

Helen et son mari Danny célèbrent chez eux la seconde grossesse d’Helen, mais leur dîner est interrompu par l’arrivée du frère d’Helen, Liam. Couvert de sang, il affirme avoir trouvé dans la rue un jeune homme blessé. Mais à mesure que Danny et Helen le questionnent, l’émotion s’estompe et l’innocence du jeune homme s’évapore. La vérité de Liam se teinte alors d’ambiguïté.

À travers des dialogues chaotiques et réalistes, rendant sur un ton très naturel la communication hachée et trébuchante entre individus, Dennis Kelly dénoue minutieusement un dilemme moral. La frontière entre le bien et le mal y est extrêmement ténue. Les comportements irréfléchis de chacun·e sont une métaphore d’une discussion plus vaste sur le racisme, la discrimination et la dislocation sociale. Orphans devient ainsi une réflexion alarmante sur notre aptitude, à toutes et tous, à nuire aux autres. « L’homme est un loup pour l’homme », disait Thomas Hobbes. Grâce à l’intense présence de STAN, le grondement sourd du texte de Dennis Kelly trouve un écho mordant et la fiction n’en révèle que plus amèrement l’aveuglement du réel. « Maybe there’s no good and evil. Just mistakes and not mistakes. »


Théâtre