"Dji n' sé sofler" (I can’t breathe)

Les dates

Information

Le dimanche 24 mars 2024, à 15H, en l’église de Wierde, aura lieu la création de Dji n' sé sofler (I can’t breathe), texte wallon de Joseph Dewez et composition pour quatuor à cordes de Nicolas Paternotte.

 

L’église romane de Wierde recèle, entre autres trésors, un chemin de croix de Jean Willame. Seize blocs de marbre noir de Mazy pour crier la détresse mais aussi murmurer la tendresse vécues au long de ce chemin. Seize blocs taillés et polis pour dire l’essentiel en grande force et simplicité, en lumière et présence. Celles des icônes.

 

Ce chemin de détresse n’est pas seulement celui de Jésus de Nazareth, il est celui de toute femme, de tout homme, victime de la violence de ses semblables. Le titre reprend le cri de George Floyd étouffé sous le genou d’un policier aux USA.

 

Ce chemin de tendresse fait écho à quelques pages lumineuses de Vassili Grossman. Le romancier russe de Vie et destin découvre, au cœur même de l’horreur de la bataille de Stalingrad, des gestes de bonté, insensés, inouïs. « Une petite bonté, sans idéologie, qui sauve le monde… » C’est dire que ce chemin de croix est traversé d’espérance au cœur de la plus noire des désespérances.

 

La langue wallonne fait parler les sculptures de Jean Willame. Elle est simple, forte et rude. Toute dépouillée, elle peut crier et murmurer. La musique du quatuor à cordes, elle, est en résonance profonde avec ce que disent les pierres et les mots. Elle aussi est simple, forte et rude, accordée à la détresse comme à la tendresse.

 

Co-organisation de l’ASBL Cavatine, Lès Rèlîs Namurwès, et MusicaWierde. Une traduction française des poèmes en wallon sera projetée durant la représentation.

 

Programme

 

Textes wallons de Joseph Dewez et composition pour quatuor à cordes de Nicolas Paternotte

 

Distribution

QUATUOR LÉGIA

Andrea Jackson, violon

Julien Collignon, violon

Capucine Decourt, alto

François Robinet, violoncelle

Pierre Henry, récit des poèmes

Musique Classique