THE LOVE BEHIND MY EYES

Les dates

Information

Ali Chahrour — Liban

The Love Behind My Eyes aborde les différentes complexités des histoires et des mythes liés à l’amour. Elle s’inspire de l’héritage arabe et plus précisément d’une légende du IXe siècle qui raconte l’histoire tragique de Mohamed Ben Daoud et de son amant Ben Jomea.

La légende raconte que Mohamed Ben Daoud – fils d’un juriste irakien qui possédait des connaissances extraordinaires et qui présida, après la mort de son père, la communauté de Hadith en Irak – était épris d’un jeune d’Ispahan, nommé Mohamed Ben Jamea. Son amour était si profond qu’il le consuma entièrement. Cette relation interdite, qui enveloppa les protagonistes d’un immense et inconsolable chagrin, se termina dans la mort.

Tout en puisant dans la poésie lyrique du patrimoine arabe – une forme d’art chanté en vers hautement musicaux qui permet de transmettre des sentiments puissants –, The Love Behind My Eyes traite de la dégradation de l’amour et des fins violentes des histoires interdites. La poésie lyrique, toujours prononcée à la première personne, provoque l’émotion et exprime l’amour, dans toute sa complexité. Sur le plateau, Leila Chahrour, qui entonne la chanson «Wa Habibi » – un chant liturgique en arabe dans lequel Marie pleure le supplice de Jésus –, endosse le rôle protecteur d’une mère en même temps qu’elle se fait le relais d’un regard collectif posé sur un échange intime.

Au cours de cette performance gestuelle et sensorielle, nous voyons comment les sentiments complexes se reflètent sur l’âme et le corps, et comment à leur tour, ils affectent la présence du corps et du mouvement. Le terrain de l’amour est aussi fait de résistances et de luttes. Les corps des danseurs Chadi Aoun et Ali Chahrour oscillent fébrilement entre sensualité, détresse et châtiment. Ils se touchent, s’enveloppent, se devinent, se respirent jusqu’à presque se dissoudre en une entité hors du temps et de l’espace.

Ali Chahrour raconte le chagrin et l’oppression, mais aussi la voix inébranlable du cœur. Le spectacle évoque des histoires taboues qui sont apparues dans de nombreux milieux sociaux et religieux. Certaines sont puisées dans la mémoire arabe, d’autres dans nos sociétés contemporaines qui sont rythmées par des normes sociales.

Danse