Paroles d'auteur.e.s

Les dates

Information

10h30 • Mon Grain de Sable
En novembre 1944, Luciano Bolis, 26 ans, chef du comité de libération de Gênes, est arrêté par les Brigades Noires fascistes. Embarqué et torturé, Bolis résiste, mais pour combien de temps ? À mesure que son corps cède, son esprit ne pense qu’à une chose : ne pas flancher, ne pas trahir. Peu à peu, un plan se dessine. Pour ne pas parler, la meilleure solution reste encore de mourir. Cette perspective, tragique en temps normal, dessine sa planche de salut. Mourir devient son projet, l’unique façon d’avoir encore une emprise sur sa vie, d’être encore lui-même. Mais le destin ne l’entendra pas de cette façon.

D’après « Mon Grain de Sable » de Luciano Bolis, tradition de Monique Baccelli  Mise en scène : Antoine Bours • Avec Vincent Londez


11h30 • Sahara Souls
Dans le désert du Sahara, des artistes bruxellois originaires des quatre coins du monde rencontrent des chameliers tunisiens et partagent leur mode de vie nomade et dépouillé, au plus près des forces de la nature. La musique, la danse, les dunes, le vent, le feu, la joie et les larmes les rassemblent. Leurs parcours de vie, si différents soient-ils, sont liés et font écho à l’histoire des inégalités mondiales. En immersion dans cette nature où chacun·e renoue avec ses racines, une autre histoire émerge : celle d’une nécessaire et vitale égalité des droits humains, celle d’une justice migratoire, sociale et écologique, prenant soin du vivant sous toutes ses formes... Car la solidarité est non seulement essentielle et vitale, mais elle est belle et elle a énormément à nous apprendre.

Concept et direction artistique : Coline Billen • Danse, conte, slam, chant et musique live : Juliette Bensimhon, Nizar Bredan, David-Alexandre Chanel, Erik Ntsobe Aliana, Bachir Tassembedo, Asa Ewing, Eliassaint Dieph-Standle, Tsaka Mbeka, Jules Rozenwajn, Jonathan Nguyen, Natalia Weinger, Ali Lahzem, Ahmed Moussa, Lotfi Ben Saïd, Abdallah Ben Saïd et Coline Billen


13h30 • Harriet Tubman • Passeuse de l’ombre
Ancienne esclave dans le sud des États-Unis, Harriet Tubman réussit à échapper à ses maîtres, grâce à une intelligence et une ténacité hors du commun, pour rejoindre le Nord abolitionniste. Une fois installée, elle retourne plusieurs fois dans le Sud pour libérer sa famille et des centaines d’autres esclaves avant de s’engager dans l’armée pendant la guerre de Sécession. Avec l’abolition de l’esclavage en 1865 et le début du régime ségrégationniste, elle oriente alors son combat vers les droits des femmes et la lutte contre le racisme institutionnel. Harriet Tubman meurt dans l’anonymat le 10 mars 1913, à l’âge de 93 ans. Son combat, accompli dans l’ombre, doit aujourd’hui être mis en lumière. Son histoire est une source d’inspiration face aux multiples défis que l’avenir dresse à nos sociétés et à sa jeunesse.

Texte : Penda Diouf • Mise en scène : François Ebouele • Avec Bwanga Pilipili et Dominique Larose. De la Compagnie L’Archer. En coproduction avec la Charge du Rhinocéros, Centrale-La Louvière et le Théâtre Océan Nord. Avec le soutien du Théâtre Varia et du Festival Paroles d'Humains


14h30 • Le cas Nele Marian
Formulé à partir d’archives la concernant, Le cas Nele Marian propose un récit construit sur des contradictions qui explorent le parcours complexe d’une femme au destin singulier, Mathilde Idalie Huysman, autrice et poétesse belgo-congolaise qui publiait sous le nom de Nele Marian. Née d’une relation entre un officier de l’armée belge en poste au Congo et une jeune femme de la région de Lisala, elle est emmenée en Belgique vers l’âge de deux ans et placée au couvent du château de Neufvilles. Dans les années 30, elle publie son premier recueil intitulé Poèmes et chansons. En 1939, Nele Marian a 33 ans. Pendant la guerre, elle publie régulièrement des nouvelles dans différents journaux collaborationnistes. À la fin du conflit, sans être formellement accusée, elle est moralement condamnée, écartée des milieux artistiques et littéraires et sa carrière s’achève. Morte en 2005 dans l’anonymat, elle emporte avec elle son mystère. En proposant une lecture sensible de documents retrouvés, les interprètes nous invitent à une réflexion sur la mémoire et notre regard de l’histoire.

Texte : Nele Marian • Mise en scène : Marie Diaby • Avec : Tamara Kalvanda, Estelle Strystein et Marie Diaby • Assistanat et conseils dramaturgiques : Judith Ribardière • Production : Ecarlate la compagnie


15h15 • Besac-Arthur
Après Humans, un album à la rencontre du monde, Besac-Arthur pose ses valises et part à sa propre rencontre. Son nouvel opus intitulé À l’intérieur est une renaissance qui nous renvoie à nos propres joies, nos propres doutes. Besac-Arthur chante comme une urgence face à la condition de la planète. Il mélange le confidentiel et l’intemporel pour s’adresser au cœur populaire. Le défi peut paraître immense, mais il souhaite le lever haut l’humain.

Chant, guitare, ukulélé & harmonica : Besac-Arthur • Kora & percussions : Zouratié Koné

Théâtre