Il n’y a rien dans ma vie qui montre que je suis moche intérieurement

Les dates

Information

Agnès Limbos / Compagnie Gare Centrale

Du théâtre d’objet tragi-comique où se mêlent second degré et humour noir pour interroger avec lucidité les féminicides de notre temps.

Les romans noirs, de Simenon à Ellroy, en passant par le journal Sud-Ouest et la revue Détective, ont été autant de sources d’inspiration pour les auteurs et interprètes Agnès Limbos et Pierre Sartenaer. D’emblée, le ton de l’histoire est donné avec une femme qui gît, vêtue d’une veste en fourrure et n’ayant plus qu’une seule chaussure. Une voix extérieure la questionne et la provoque. Dans la pénombre, un homme l’épie. C’est le départ d’une série de décalages en chaîne, les pièces disparates d’un puzzle qu’elle tente de reconstituer via des indices dont on ne sait s’ils sont imaginaires ou non, des fragments de destins et de morts. Sept fillettes mystérieuses passent, un mâle rôde, les objets manipulés évoquent, remémorent, racontent. Cette femme va pratiquer sous nos yeux la dissection théâtrale de son existence pour s’apercevoir que, sous sa pelisse, elle est plusieurs, beaucoup, innombrable même. Si l’humour est la politesse du désespoir, celui adopté ici est d’une telle noirceur qu’il dépasse toute convenance. Figure de proue du théâtre d’objet, Agnès Limbos aborde de façon non-linéaire et hardie les violences faites aux femmes qui semblent indissociables de l’actualité.

Durée : 1h20

Tarif C


Retrouvez ce spectacle dans les PASS saison 23-24 ou dans la Carte Abo Amis 23-24

Théâtre