Mitridate Re Di Ponto

Les dates

  • Théâtre Royal des Galeries
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Théâtre Royal des Galeries
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Namur Concert Hall au Grand Manège
    5000 Namur
    Namur

Information

Opéra “Mitridate, re di Ponto”

Midsummer Mozartiade | 21 juin à 19h et 23 juin à 15h

 

Le premier triomphe d'un génie de 14 ans

 

Musique de Wolfgang Amadeus Mozart

Livret de Vittorio Amadeo CignaSanti, daprès Racine

 

Dans un livre consacré à l’apprentissage de Mozart au pays de l'opéra, ce serait le sujet du premier grand chapitre. Mettant en scène des conflits familiaux sur fond deffondrement dun empire, Mitridate, re di Ponto, premier opera seria de Mozart, porte déla marque du génie qui s’épanouira prodigieusement dans ses œuvres ultérieures. Composée à Milan en 1770 pour une distribution étoilée comprenant trois castrats, l'œuvre nous présente un drame dans lequel deux fils rivaux et un père dominateur se disputent la main d'une même princesse. Tout cela sous la menace imminente dun assaut des armées romaines, lancées à la conquête dune région aujourdhui appelée la Crimée. Les personnages leurs ambitions, leurs contradictions, leurs passions sont mis en musique avec une vérité troublante, d'autant plus que le compositeur n'avait que 14 ans.Evviva il Maestrino!

 

Avec Stefan Sbonnik, Gianna Cañete Gallo, Dennis Orellana, Pieter De Praetere, Dorine Mortelmans, Sonia Sheridan Jacquelin, Mathis Van Cleynenbreugel, Sina Noushmehr, Hamza Zairaf et l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie

 

Mise en scène : Eric Gobin

Direction musicale : Thibaut Lenaerts

 

L’intrigue

Dans le port de Nymphée en Crimée, Mitridate, souverain de l'ancien royaume du Pont, et ses deux fils Farnace et Sifare sont tous amoureux de la même princesse, Aspasia. Celle-ci est promise à Mitridate, parti combattre Rome, mais elle aime secrètement Sifare, qui la chérit en retour. Farnace, l'aîné, choisit de trahir son père et s'allie à l'ennemi romain. Arbate, conseiller du roi, annonce le retour inattendu de Mitridate. Vaincu par Pompée, il revient accompagné d'Ismene, fille du roi des Parthes, qu'il destine à Farnace afin de sceller une nouvelle alliance. Il a lui-même fait courir le bruit de sa propre mort, afin de mettre ses fils à l’épreuve...

 

Chanté en italien, surtitré en français et en néerlandais

Causeries en français et en néerlandais une heure avant le lever du rideau

Durée 3 heures avec entracte

 

Le mot du metteur en scène

C'est ma passion pour la tragédie classique française (découverte à l'âge de 15 ans dans un cours d'art dramatique au Conservatoire de Namur) qui m'a amené à m'intéresser à l'opéra Mitridate de Mozart. Si l'adaptation italienne du librettiste Cigna-Santi s'éloigne quelque peu du modèle de Racine, on y retrouve toute la complexité des personnages, la densité des conflits et la modernité des enjeux politiques. Guider de jeunes interprètes dans cette forme encore très codifiée de l'opera seria et les amener à incarner ces personnages très humains dans toutes leurs contradictions est un défi que j'ai à cœur de relever. Je me réjouis en outre de travailler avec un contre-ténor et un sopraniste dans les rôles des frères rivaux. À ma connaissance, cela n'a jamais été fait auparavant, ce qui confère à notre production une originalité et une vraisemblance dramatique supplémentaires. Les dernières paroles de l'opéra, chantées par la famille de Mitridate réunie autour de son corps, ont achevé de me convaincre de l'actualité, de l'intemporalité politique du propos : 'Répondons toujours par la guerre, jamais par la paix, au génie hautain qui prétend arracher au monde entier sa liberté'. L'invasion d'un État indépendant par un pays voisin autoritaire, la lutte à mort d'un bloc contre un autre, des êtres de chair et de sang déchirés entre l'amour et le devoir, entre la survie politique et les pulsions passionnelles ce premier opera seria du jeune Mozart fait résonner des thèmes on ne peut plus actuels.

Eric Gobin

Musique Classique