LE NOUVEL HOMME

Les dates

  • Grande salle
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Grande salle
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Grande salle
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Grande salle
    1000 Bruxelles
    Bruxelles

Information

Subtilement interprété, Le Nouvel Homme du collectif flamand DE HOE met en présence un couple – un écrivain et une comédienne – qui se retrouve après une longue période. Le temps a passé et le monde dans lequel iels se retrouvent a beaucoup changé. Même ce qui semblait inébranlable vacille sur ses bases. Vont-iels chérir leurs souvenirs ou les reconsidérer ?

Près de vingt ans plus tôt, leur amour dévorant les a empêché·es de s’aimer. Aujourd’hui, ces deux anciens amants se retrouvent dans le hall de l’aéroport de Rome. Rattrapé·es par leur âge, iels se demandent si leur ancienne passion a encore un avenir alors que le temps s’accélère et éparpille les souvenirs. Beaucoup de choses ont changé dans leurs vies en vingt ans : de nouvelles maisons, du succès, le nouvel homme de la femme qui doit venir la chercher… La pandémie est aussi passée par là, de même que #metoo. Iels parlent de leur travail, de leur apparence, de la vieillesse, des douleurs et des petites blessures de la vie. Des souvenirs aussi, certains merveilleux, et des regrets. Jusqu’à ce qu’iels abordent le grand revirement : elle a changé d’orientation politique et est désormais de droite.

Cela change leur regard sur leurs rapports ; tout doit être redéfini, même rétrospectivement. Leur amour aussi est politisé. Quel est l’effet de ces nouvelles opinions sur leur intimité, leur dialogue, leurs certitudes, leur souvenir de ce qu’iels ont vécu ensemble, mais aussi sur l’attraction présente, le désir physique qui demeure ? Le Nouvel Homme est une quête de rapprochement, d’ouverture à une époque dominée par la politique. Le spectacle parle du sens du regard, de la vision et du fait d’être regardé·e. C’est une pièce sur la perspective et les perspectives. À l’heure où plusieurs pays d’Europe renouent avec les pouvoirs d’extrême droite, le spectacle passe, insidieusement et de manière grinçante, du mal d’amour au malaise politique. 

Théâtre