Deux Flics au vestiaire

Les dates

  • Le Théâtre de Poche
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Le Théâtre de Poche
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Le Théâtre de Poche
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Le Théâtre de Poche
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Le Théâtre de Poche
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Le Théâtre de Poche
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Le Théâtre de Poche
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Le Théâtre de Poche
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Le Théâtre de Poche
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Le Théâtre de Poche
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Le Théâtre de Poche
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Le Théâtre de Poche
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Le Théâtre de Poche
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Le Théâtre de Poche
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Le Théâtre de Poche
    1000 Bruxelles
    Bruxelles
    Le Théâtre de Poche
    1000 Bruxelles
    Bruxelles

Information

S’il dit qu’il veut tuer sa femme, c’est pour rigoler. Quand le type arrive le matin au boulot et dit qu’il va tuer sa femme, c’est pour rire. Le type qui veut vraiment tuer sa femme, lui, ne dit rien.

Dominique et Gilles sont deux flics. Bad cop et good cop, comme dans les films américains. Dominique est raciste, misogyne… et dispose d’une arme de service. Dominique est insupportable. Le stress, la violence urbaine et la précarité de ses conditions de travail qu’il ramène le soir à la maison, le tendent comme un élastique. Gilles est un type qui écoute bien, mais qui ne comprend pas tout…

Comme chaque matin, ils se retrouvent dans les vestiaires du commissariat. Dominique est à cran. Ça ne va pas trop bien avec sa femme, elle a un amant. Un footballeur. Un noir. Pour passer ses nerfs, il cogne sur tout ce qui bouge. Dominique, c’est le roi de la bavure.

Deux Flics est le fruit d’une commande passée par le Poche à l’auteur Remi De Vos (Occident) sur le thème de l’extrême droitisation des forces de l’ordre. De Vos est provocateur, il n’y va jamais par quatre chemins. Et appelle un chat, « un chat ».

« On peut rire de tout, disait Desproges, mais pas avec n’importe qui ». Nous prenons avec lui le pari que ces deux flics désabusés et cyniques feront rire. Et que ce rire mènera au débat.

Théâtre