Ranger

Les dates

Information

23h34, dans une chambre d’hôtel à Hong Kong, un homme, incarné par Jacques Weber, livre son dernier chant d’amour. Interprète immense tout autant que fragile, il prend sur lui les mots d’un écrivain, un veuf inconsolable qui, en perdant la femme aimée, a perdu le goût de la vie.

Il parle à son amour. Lui raconte où il en est et comme le hante le souvenir du bonheur partagé, de l’intimité, des caresses, des voyages, de ce qui fût leur existence commune.

Il va et vient de ce passé révolu à cet hôtel très chic où il a pris une chambre. Il vient de recevoir un prix pour son oeuvre littéraire. Il jette le prix à la poubelle, boit de l’alcool, avale des médicaments et ses mots s’ajoutent les uns aux autres vers une fin choisie.

Superbe déclaration d’amour par-delà la mort, le spectacle est une partition de haut vol : « C’est un texte éminemment poétique et humain et ce sont deux qualités de l’écriture de Pascal Rambert. Il m’a fait un cadeau incroyable en m’offrant ce rôle. Mon cadeau à moi, en retour, sera de bien l’interpréter. » — Jacques Weber

Tel un géant aux pieds d’argile, Jacques Weber manie une douceur feutrée. Avec une élégance pudique, il dresse un inventaire de son existence : de la passion aux tentations addictives en passant par l’amour de l’art. (…) Le public retient son souffle face à l’équilibre entre vie et mort qu’offre ici Weber en striant la scène tel un funambule. 
Télérama

Théâtre